Le Parc,
Territoire
Le Parc,
organisme
public
Le Parc,
et ses
partenaires

"Les Fous du Rhône" - Exposition temporaire décembre 2015 - juin 2016

 

Le Rhône et la Camargue…

…un fleuve et un territoire explorés par le Musée de la Camargue et le Musée départemental Arles Antique.

 

« Camargue, archéologie et territoire » présentée au Musée Arles Antique restitue au public  les fouilles archéologiques et l’enquête menées sur le Rhône d’Ulmet disparu depuis plus de mille cinq cents ans. L’archéologie, la géomorphologie, la géographie s’associent pour comprendre l’évolution du delta, son occupation par l’homme et les activités qui l’ont façonné. Les sites de la Capelière, du Grand parc (Tour du Valat), le port et l’Abbaye d’Ulmet occupés depuis le Vème siècle avant J.C, jusqu’au Moyen Age, ont livré les spécificités du delta, où l’organisation géographique des habitats est inféodée au fleuve.

Au Musée de la Camargue,  l’exposition « Le fil de l’eau, le fil du temps» prolonge l’exploration du delta et son histoire jusqu’à nos jours. Le Cabinet du Rhône, installation composée d’objets « naufragés du Rhône » est un clin d’½il aux cabinets de curiosités dans lesquels les collectionneurs, de la Renaissance au 19e siècle, exposaient leurs trésors. Cabinets de merveilles, cabinets d’antiquités où se mêlaient les naturalia et les artefacts, ils sont les premières formes de musées car faits pour être visités et transmettre les connaissances. Vestiges antiques, instruments de pêche et de navigation, battoirs de lavandières ou objets illustrant les légendes Rhodaniennes, le « Cabinet du Rhône » raconte les usages du fleuve et ses représentations.  

"Tout change, tout disparaît pour réapparaître plus loin " - Mireille Loup, photographe - 2015

Othello Badan, l’homme qui voit sous la terre, sonde  le marais du Vigueirat à la recherche du Canal de Marius ou « fosses mariennes » que le général romain a creusé pendant l’hiver -103-102 avt. J.C. 

Les fous du Rhône sont passionnés par la violence du fleuve, sa lumière et ses tragédies. Ils fouillent, cherchent, creusent pour comprendre et écrire son histoire. Ils retrouvent ses déplacements au cours des siècles, les traces qu’il a laissées dans le sol et les paysages, les sites archéologiques, les épaves, les objets antiques roulés dans la vase. D’autres sont simplement attachés au Rhône par une histoire qui les a amenés là, où ils ont choisi de rester pour voir vivre le fleuve au quotidien, surveiller ses frémissements, comme envoûtés par sa présence. Ils se sont faits "tirer le portrait" en 3D dans leur environnement familier, par la photographe Mireille Loup, diplômée de l'ENS d'Arles. Commande photographique du Musée de la Camargue, elle est exposée du 11 décembre 2015 au 5 juin 2016 au Musée Départemental Arles Antique et sera visible prochainement au Musée de la Camargue.

Philippe Rigaud, érudit, libre chercheur médiéviste

"Rhodania Jones (OSS 003)", Luc Long, archéologue camarguais, sous-marin et subaquatique, est connu pour ses découvertes dans le Rhône qu'il fouille depuis plus de 20 ans. 

« Les Fous du Rhône », tout un programme" qui fait écho aux expositions en mettant l’accent sur l’attraction qu’exerce le fleuve et sa représentation dans la culture locale. Visites, conférences, spectacles dans les musées et dans le delta, jusqu’au 5 juin 2016.


Dimanche 17 avril à 16h15 : Week-end Arles contemporain "Fous du Rhône à l’Horizon(s)"
Le musée propose une découverte de ses ½uvres d'aujourd'hui dont il est gardien. « Fous du Rhône à l'Horizon(s) » offre une vision décalée de l'image que l'on se fait de la Camargue aujourd'hui. Gratuit – 30 personnes maximum, sur inscription au musée.

Jeudi 28 avril à 18h: Conférence : La mosaïque de la Tour du Valat
Les conservateurs-restaurateurs du musée départemental Arles antique présentent la mosaïque découverte sur le site du Grand Parc au domaine de la Tour du Valat. Cette dernière est présentée dans le cadre de l’exposition Camargue, archéologie et territoire. En partenariat avec le musée départemental Arles antique et la Tour du Valat. Gratuit – 50 personnes maximum, sur inscription au musée.

Mercredi 18 mai à 14h: Sortie archéologique sur le site d’Ulmet
Dans le cadre des fouilles archéologiques effectuées à l’est du delta, Corinne Landuré, archéologue et Claude Vella, géomorphologue (spécialiste de l’étude des formes naturelles et leur processus de création) invitent le public à découvrir les sites de la Capelière et d’Ulmet. 
En partenariat avec la SNPN - Réserve Nationale de Camargue - Gratuit – 50 personnes maximum, sur inscription au musée.

Haut de page

Le fil de l'eau, le fil du temps en Camargue : le nouvel ouvrage du Musée de la Camargue

« Tout ce qui est « naturel » en Camargue est lié aux activités humaines. Les cultures, l’élevage, l’extraction du sel, la chasse, la protection de la nature et les contrôles de l’eau façonnent à la fois la richesse de ses écosystèmes humides et son originalité culturelle. »

Les Auteurs :

Estelle Rouquette, conservateur du Musée de la Camargue

Jean-Claude Duclos, conservateur en Chef honoraire du Musée Dauphinois

Bernard Picon, sociologue chercheur honoraire au CNRS

Alain Dervieux, écologue ingénieur au CNRS et Daniel Jacobi, Professeur des universités, chercheur en Culture et Communication

Sur cette île formée par la rencontre du Rhône avec la Méditerranée, les transformations sont rapides et brutales. Au fil du temps, les hommes n’ont pu y travailler et y vivre sans agir sur le milieu. Au fil de l’eau, leurs interventions font que rien n’y est totalement naturel.

Mais rien non plus n’y est totalement artificiel car, dans l’espace et le temps, les lois de la nature semblent toujours s’imposer. Que l’on soit né ou venu vivre en Camargue, il a fallu résister et s’adapter pour y rester. Se sentir camarguais, tient probablement à l’intensité du sentiment de liberté qu’inspire l’acceptation librement consentie des contraintes qu’impose ce territoire.

L’eau, le temps et les collections du Musée de la Camargue sont les fils conducteurs d’une histoire de l’homme face à la nature dans une zone humide qui obtient une reconnaissance internationale au cours du 20ème siècle.

CD AUDIO : La Camargue au fil des saisons / En Camargo, lou debana di sesoun

L’aventure humaine qui a conduit ce territoire à la reconnaissance internationale dont il jouit depuis le milieu du xxe siècle s’illustre par des activités spécifiques connues par des images largement diffusées, mais bien moins par les sons qui s’évaporent dans la nature. L’oeuvre de Philippe Debarge capture ces sons et les associe à ceux produits par la nature : l’avion qui passe, la moissonneuse-batteuse, les moteurs des véhicules, les voix, les chants d’oiseaux, l’eau qui ruisselle, tels qu’on les entend dans la réalité.

C@marg : Un paysage sonore de Philippe Debarge avec improvisations au violon de Leila Ben Abdelmalek et à la guimbarde de Stéphane Zarouati / Images sonores de la Camargue d’aujourd’hui composée à partir d’enregistrements originaux du delta en surface et en profondeur effectuée en Camargue tout au long de l’année 2011-2012.

Cette oeuvre d’une grande qualité, sélectionnée en 2013 par l’Union européenne de radiotélévision UER/EBU – groupe Ars acustica –, a été primée par Phonurgia Nova/Le Monde.

Haut de page

Consultez le catalogue des éditions du Parc naturel régional de Camargue

Parc naturel régional de Camargue - Mas du Pont de Rousty - 13200 Arles - Tél. 04 90 97 10 82 - info@parc-camargue.fr

Site internet créé par ID-Alizés / Design BDD Communicationi