Le Parc,
Territoire
Le Parc,
organisme
public
Le Parc,
et ses
partenaires

"Western camarguais", l’histoire des films d’aventure en Camargue 

Exposition temporaire du 4 juillet au 31 octobre 2016

 

Les Rencontres Arles Photographie et le Musée de la Camargue présentent l’exposition «Western Camarguais». Un clin d’½il aux westerns et aux films d’aventure qui ont diffusé l’image d’une Camargue sauvage, semblable au Far West.

 

Les premiers films d’aventure inspirés par la conquête de l’Ouest américain ont été tournés en Camargue avant la Première Guerre mondiale par les pionniers du cinéma muet. Cette histoire singulière qui fait du delta du Rhône le décor de nombreux films réalisés au cours du XXe siècle débute en 1905, à Paris où le « Wild West show » de Buffalo Bill se produit. Parmi les spectateurs, Folco de Baroncelli émerveillé, voit se dérouler les scènes des romans de son enfance. Après le spectacle, il va à la rencontre de Joë Hamman, un jeune français recruté par le show pour sa connaissance des Indiens, ses talents d’acteur, de cavalier et de cascadeur.
L’aventure se poursuit en Camargue où l’acteur et le réalisateur Jean Durand sont invités par Folco de Baroncelli à tourner une série de films considérés comme les premiers westerns de l’histoire du cinéma. Le village des Saintes-Maries-de-la-Mer, les gardians et le bétail de la manade Baroncelli participent à de nombreux tournages que la guerre de 1914-1918 interrompt. 

La paix revenue, la production cinématographique renoue avec la Camargue qui offre son décor naturel, sa lumière et ses figurants aux réalisateurs de films d’aventure. Après Baroncelli, d’autres manadiers se prêtent au jeu d’intrigues mettant en scène des gardians, Gitans et «Caraques blondes» stéréotypés. Filmée sous l’angle de ses singularités, la Camargue y apparaît comme une terre sauvage où la liberté fait droit. 

Portés par la vague du retour au «naturel» des années 60-70, Crin-Blanc et Folco parcourent le monde et invitent les enfants devenus grands à venir vivre libres et sans contraintes entre les deux bras du Rhône et la mer, «dans une île où les enfants et les chevaux sont toujours des amis», là où la vie de Johnny va commencer et celle d’Ulysse, le cheval de Fernandel, finira parmi les siens.

L’exposition présentée dans la grande halle de l’Eglise des Frères Prêcheurs retrace cette épopée à travers des photographies, des affiches et des extraits de films.

 

Au Musée de la Camargue, le bonus de l’exposition est présenté dans « La Camargue en images ». On peut y visionner des films, voir des objets comme les gants de scène de Buffalo Bill et resituer l’histoire du cinéma dans celle, plus large de la Camargue au 20e siècle. Un sentier de découverte de 3,5 km permet de s’immerger dans les paysages qui ont inspiré les réalisateurs.

 

Western Camarguais, l’exposition :

Eglise des Frères prêcheurs, rue du Dr Fanton, 13200 Arles

du 4 juillet au 28 août 10h-19h30. Tarif plein 10 ¤.

Renseignements : 04 90 96 76 06 - info@rencontres-arles.com

 

Western camarguais, le bonus :

Musée de la Camargue, mas du Pont de Rousty, route des Saintes-Maries-de-la-Mer, 13200 Arles

du 4 juillet au 30 septembre de 9h à 12h30 et de 13h à 18h 

du 1er au 31 octobre de 10h à 12h30 et de 13h à 17h. Tarif plein 5 ¤. Accessible aux 4 handicaps.

Renseignements : 04 90 97 10 82 - musee@parc-camargue.fr

 

Western Camarguais, le livre :

coédité par Actes sud, en vente dans les librairies d’Arles et les lieux d’expositions, 32 ¤.

 

 

Programme autour de l’exposition

 

Lundi 4 juillet à 10h30

Inauguration de l’exposition à l’Eglise des Frères Prêcheurs

 

Vendredi 26 août

Soirée "Western" au musée

La soirée de clôture de l’exposition se déroule au Musée de la Camargue. Au programme : projection de films en plein air avec le Philharmonique de la Roquette, signature du catalogue de l’exposition par Sam Stourdzé, directeur des Rencontres Arles Photographie et d’Estelle Rouquette, conservateur du Musée de la Camargue, restauration sur place. Le bonus de l’exposition Western camarguais, présenté au Musée de la Camargue reste exposé jusqu’au 31 octobre.

Gratuit

 

Jeudi 29 septembre à 18h

Conférence « Baroncelli » 

Pierre Aubanel retrace la vie de son grand-père, le marquis Folco de Baroncelli.

Gratuit – 50 personnes maximum, sur inscription au musée.

 

Jeudi 20 octobre à 19h

Nocturne « Western camarguais »  

Projection du film de Vincent Frohely « Joë Hamman, le français qui inventa le western » commentée par Jacques Nissou.

En partenariat avec les Rencontres Arles Photographie.

15 ¤ - 50 personnes maximum, sur inscription au musée.

 

Crédits photo : F Colomb de Daunant ; PNRC

Le fil de l'eau, le fil du temps en Camargue : le nouvel ouvrage du Musée de la Camargue

« Tout ce qui est « naturel » en Camargue est lié aux activités humaines. Les cultures, l’élevage, l’extraction du sel, la chasse, la protection de la nature et les contrôles de l’eau façonnent à la fois la richesse de ses écosystèmes humides et son originalité culturelle. »

Les Auteurs :

Estelle Rouquette, conservateur du Musée de la Camargue

Jean-Claude Duclos, conservateur en Chef honoraire du Musée Dauphinois

Bernard Picon, sociologue chercheur honoraire au CNRS

Alain Dervieux, écologue ingénieur au CNRS et Daniel Jacobi, Professeur des universités, chercheur en Culture et Communication

Sur cette île formée par la rencontre du Rhône avec la Méditerranée, les transformations sont rapides et brutales. Au fil du temps, les hommes n’ont pu y travailler et y vivre sans agir sur le milieu. Au fil de l’eau, leurs interventions font que rien n’y est totalement naturel.

Mais rien non plus n’y est totalement artificiel car, dans l’espace et le temps, les lois de la nature semblent toujours s’imposer. Que l’on soit né ou venu vivre en Camargue, il a fallu résister et s’adapter pour y rester. Se sentir camarguais, tient probablement à l’intensité du sentiment de liberté qu’inspire l’acceptation librement consentie des contraintes qu’impose ce territoire.

L’eau, le temps et les collections du Musée de la Camargue sont les fils conducteurs d’une histoire de l’homme face à la nature dans une zone humide qui obtient une reconnaissance internationale au cours du 20ème siècle.

CD AUDIO : La Camargue au fil des saisons / En Camargo, lou debana di sesoun

L’aventure humaine qui a conduit ce territoire à la reconnaissance internationale dont il jouit depuis le milieu du xxe siècle s’illustre par des activités spécifiques connues par des images largement diffusées, mais bien moins par les sons qui s’évaporent dans la nature. L’oeuvre de Philippe Debarge capture ces sons et les associe à ceux produits par la nature : l’avion qui passe, la moissonneuse-batteuse, les moteurs des véhicules, les voix, les chants d’oiseaux, l’eau qui ruisselle, tels qu’on les entend dans la réalité.

C@marg : Un paysage sonore de Philippe Debarge avec improvisations au violon de Leila Ben Abdelmalek et à la guimbarde de Stéphane Zarouati / Images sonores de la Camargue d’aujourd’hui composée à partir d’enregistrements originaux du delta en surface et en profondeur effectuée en Camargue tout au long de l’année 2011-2012.

Cette oeuvre d’une grande qualité, sélectionnée en 2013 par l’Union européenne de radiotélévision UER/EBU – groupe Ars acustica –, a été primée par Phonurgia Nova/Le Monde.

Haut de page

Consultez le catalogue des éditions du Parc naturel régional de Camargue

Parc naturel régional de Camargue - Mas du Pont de Rousty - 13200 Arles - Tél. 04 90 97 10 82 - info@parc-camargue.fr

Site internet créé par ID-Alizés / Design BDD Communicationi