Le Parc,
Territoire
Le Parc,
organisme
public
Le Parc,
et ses
partenaires

Partenaires protection nature

Le Parc a naturellement comme interlocuteurs permanents les grandes associations de protection de la nature, en particulier la Société nationale de la protection de la nature et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) mais aussi, compte tenu de la richesse ornithologique et des enjeux de conservation d’espèces qui caractérisent le territoire, des centres de recherche comme le CNRS - dynamique écologique et sociale en milieu deltaïque (DESMID)- ou la Tour du Valat. Le Parc travaille en lien étroit avec les gestionnaires des espaces naturels protégés en Camargue : la réserve nationale de Camargue, les marais du Vigueirat, et le Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise.

la Réserve nationale de Camargue

Créée en 1927, la Réserve nationale de Camargue a pour objectifs principaux la conservation de la nature, la connaissance et le suivi scientifique du territoire. Ses terrains, qui englobent l’étang du Vaccarès, appartiennent au Conservatoire du littoral et sont gérés par la Société nationale de protection de la nature (SNPN). La SNPN anime les activités de conservation et de découverte du site.

Haut de page

 

La Tour du Valat

La Tour du Valat, centre de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes est un organisme privé de recherche créé il y a plus de 50 ans par Luc Hoffmann, naturaliste visionnaire et mécène. Pour préserver les zones humides, elle développe des programmes de recherche et de gestion intégrée qui favorisent les échanges entre usagers et scientifiques.

Haut de page

 

Le Parc ornithologique du Pont de Gau

Le parc ornithologique de Pont de Gau a pour vocation la conservation des espaces naturels et la sensibilisation du public. Établi sur d’anciens marais de chasse, le parc permet par une gestion interventionniste la présence de nombreuses espèces d’oiseaux et favorise notamment la nidification des laro-limicoles, participant ainsi au programme de protection de ces espèces en danger. Mais sa principale mission reste l’éducation à l’environnement pour le grand public et les scolaires.

Au sein du parc, l’association des Amis du Parc gère le centre inter-régional de sauvegarde de la faune sauvage. Ses autres axes de développement sont l’éducation à l’environnement et la gestion d’espaces naturels dont deux sites du Conservatoire du littoral situés sur la commune des Saintes-Maries-
de-la- Mer
, le Mas de la Cure et le Mas de Taxil.

Haut de page

 

Les marais du Vigueirat

Les marais du Vigueirat appartiennent au Conservatoire du littoral. Il sont co-gérés par l’Association des amis du Marais du Vigueirat et l’Office de tourisme d’Arles. Leurs axes de développement sont basés sur la protection de la nature et l’accueil du public avec une dimension d’écotourisme durable. Sur cette ancienne terre agricole, les milieux naturels ont été restaurés afin d’offrir une diversité de paysages aux visiteurs, qui expérimentent ainsi un projet de développement local dont le moteur est un espace naturel.

Haut de page

 

Le Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise

Le Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise est un établissement public créé en juillet 1993, qui associe le Conseil général du Gard aux 8 communes de la Camargue gardoise : Aimargues, Aigues-Mortes, Beauvoisin, Le Cailar, Le Grau-du-Roi, Saint-Gilles, Saint-Laurent-d’Aigouze, Vauvert. ll travaille à la protection et la mise en valeur des zones humides qui fondent l’identité de ce territoire.

Haut de page

 

Les Conservatoires d'espaces naturels (CEN) Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon

Logo du conservatoire d'espaces naturels PACA
 

Les Conservatoires d’espaces naturels sont des associations à but non lucratif qui œuvrent, pour les plus anciens, depuis 30 ans pour la préservation du patrimoine naturel et paysager.

En 2011, les Conservatoires d'espaces naturels interviennent dans la gestion de 130 000 hectares répartis sur 2374 sites. Ils sont le principal acteur privé de la mise en œuvre de Natura 2000 en France et ont développé des partenariats privilégiés avec les principaux autres gestionnaires de milieux naturels en France.

Impliqué depuis longtemps dans la création de corridors écologiques, le réseau des Conservatoires contribue à la gestion durable d’un réseau de sites naturels, cohérent et fonctionnel sur le territoire.

 

Haut de page

 

Le Parc de Camargue au coeur d'un réseau de scientifiques

Une étroite et ancienne collaboration

Depuis ses débuts, le Parc de Camargue travaille en étroite collaboration avec les très nombreux organismes de recherche présents sur son territoire (Tour du Valat, Desmid) ou proches (Universités, INRA, CIRAD). Il s’agit de connaître la complexité de son territoire tout autant pour le gérer que pour le faire comprendre à ses habitants et usagers.

 

Une participation aux décisions et aux débats du Parc

Les scientifiques sont depuis longtemps associés aux décisions du Parc de Camargue au travers d’une commission de travail interne. De plus, depuis 2006, le Conseil scientifique et d’éthique du Parc, constitué de 31 scientifiques de renom, travaille et se saisit de sujets à fort enjeux environnementaux : démoustication de la Camargue, trame verte et bleue,…

Haut de page

 

La Camargue, un des espaces naturels les mieux connus de France

La présence très ancienne de la Réserve naturelle (1927) située au coeur du Parc constitue un lieu d’observation et de suivi à long terme du patrimoine biologique qui la compose. La Société nationale de protection de la nature en est le gestionnaire historique et garantit donc le devoir de mémoire des données naturalistes récoltées. Les données récoltées par les nombreux naturalistes amateurs qui viennent y effectuer des séjours, font de la Camargue un des espaces les mieux connus de France: plus de 150 thèses portant sur
la Camargue soutenues en France dont 14 uniquement en ornithologie. La Camargue, zone humide d’importance internationale, attire depuis le 19e de très nombreux scientifiques. Les chercheurs possèdent donc des données anciennes (plus de quarante ans de suivis ornithologiques) qui leur permettent d’avoir une idée sur l’évolution du milieu au cours du temps.

Haut de page

 

Des centres d'intérêt de la recherche qui évoluent

Passé le stade de l’inventaire et de la description jusqu’aux années 1990, l’étude de la dynamique des populations animale
et végétale
dans le but d’assurer une meilleure gestion et une protection plus efficace des milieux naturels devint l’axe principal de la
recherche. Depuis les années 2000, ce sont des programmes coordonnés de recherches pluridisciplinaires, qui sont menés
pour décrire analyser et comprendre les interactions entre l’homme et ce territoire. Le champs de recherche s’élargit alors aux sciences humaines pour des programmes comme « les enjeux de la gestion hydraulique dans le delta du Rhône », sur « l’évaluation des risques d’émergence de maladies à vecteur» ou «La faisabilité d’une agriculture biologique à grande échelle».

Haut de page

 

Le Parc de Camargue met à disposition du public les études qu'il a commandées

Parc naturel régional de Camargue - Mas du Pont de Rousty - 13200 Arles - Tél. 04 90 97 10 82 - info@parc-camargue.fr

Site internet créé par ID-Alizés / Design BDD Communicationi