Le Parc,
Territoire
Le Parc,
organisme
public
Le Parc,
et ses
partenaires

Évolution des populations

Constamment soumis au jeu de la mer et du fleuve, le delta du Rhône n’a pas permis l’implantation d’importantes populations. Celles-ci se sont fixées surtout en périphérie : à Arles depuis l’époque romaine - Le Musée de l’Arles antique retrace l’histoire de cette colonisation - à Saint-Gilles et Aigues-Mortes depuis le Moyen Âge.

Des arrivées successives et un brassage de populations

Lieu de passage, le delta a de tout temps connu un mélange de communautés. Aux autochtones, il faut ajouter une population de grands propriétaires terriens issue de Paris, Lyon, Marseille, Sète et Arles.

Au gré de son histoire, la Camargue a toujours attiré les convoitises et souvent nécessité une main d’oeuvre extérieure qu’il fallait loger sur place. De nombreuses communautés contribuent au développement économique du delta : les saisonniers des Alpes ou de l’Ubaye, les communautés fixées depuis la fin du 19e siècle à Salin-de-Giraud par l’activité salinière (grecs, arméniens, italiens), celles issues d’Espagne et du Maghreb abondamment employées dans les activités agricoles. Cette main d’oeuvre arrivée par vagues successives s’est plus ou moins implantée durablement dans le delta du Rhône.

Par ailleurs, une communauté gitane d’origine catalane est aujourd’hui sédentarisée à Arles et de nombreuses familles issues de la communauté harkie sont dénombrées à Mas Thibert.

Aujourd’hui, la population du Parc naturel régional de Camargue est de près de 10 000 habitants. Avec une densité moyenne de 10 habitants au km2, le Parc est un des espaces les moins peuplés de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Haut de page

Salin-de-Giraud, des corons en Camargue

Cité ouvrière de Salin-de-GiraudSitué sur la commune d’Arles, le village de Salin-de-Giraud s'est développé aux abords de l'étang de Giraud à la fin du 19e siècle lors des tractations et du développement des sociétés Henri Merle (Péchiney) et Solvay. Le sud du delta du Rhône à cette époque n'est pas réellement aménagé et le besoin de loger la main-d'oeuvre qu'il faut fidéliser, fait naître Salin-de-Giraud. Deux cités ouvrières sont érigées. Aujourd'hui, les habitants de Salin-de-Giraud travaillent toujours aux salins ou à l'usine Solvay. Le caractère industriel de la cité, son architecture atypique, la cohabitation d’une population issue d’horizons très variés, son éloignement en font une agglomération très particulière en Camargue.

Haut de page

Port-Saint-Louis-du-Rhône : un port de Lyon

Port Saint-Louis vue aérienne © Jean Emmanuel RochéAvant la création du canal Saint-Louis en 1863, le territoire était uniquement un lieu de parcours pour les chasseurs, les pêcheurs et les gardiens de troupeaux. À la fin du 19e siècle, le développement industriel de la région favorise d’importantes spéculations financières autour de l’embouchure du Rhône. La ville de Port-Saint-Louis-du-Rhône, instituée en commune en 1904, se développe autour du projet portuaire largement soutenu par des intérêts lyonnais. Sa population s’est constituée par vagues migratoires au gré des aménagements et de l’implantation de certaines entreprises. Aujourd’hui, la ville héberge une partie des activités de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer. Sans ancrage historique ancien, les habitants de Port-Saint-Louis entretiennent une relation très forte et très particulière à leur territoire. Les hommes cultivent avec passion la pratique de la chasse, de la pêche, de la cueillette et du cabanon.

Haut de page

Les gitans et les Saintes-Maries-de-la-Mer

De nombreux gitans se rassemblent aux Saintes-Maries-de-la-Mer pour le pèlerinage annuel mais ils n’y résident pas.

Parc naturel régional de Camargue - Mas du Pont de Rousty - 13200 Arles - Tél. 04 90 97 10 82 - info@parc-camargue.fr

Site internet créé par ID-Alizés / Design BDD Communicationi