Le Parc,
Territoire
Le Parc,
organisme
public
Le Parc,
et ses
partenaires

Les fêtes traditionnelles

Chaque année, dans tous les villages et hameaux, se déroulent les fêtes votives et patronales, et les fêtes dites « de la maintenance et des traditions » généralement organisées à Arles ou aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

La première fête du costume eut lieu en 1903, et la première «fèsto vierginenco» en 1904, toutes deux instaurées par Frédéric Mistral. La fête des gardians constitue l’un des points forts de la vie traditionnelle arlésienne. Jadis, c’était une simple fête corporative comme il en existait beaucoup.

On peut également citer la Course de Satin, pratiquée depuis 1529. Elle s’est perpétuée en Pays d’Arles jusqu’à la Révolution, puis la Confrérie des Gardians de Saint Georges la perpétua jusqu’au début du 20e siècle. Elle se court maintenant dans une manade, lieu idéal qui symbolise l’esprit de cette
manifestation.

Chaque fête est toujours l’occasion de se retrouver, mais aussi de se montrer et d’affirmer son appartenance au territoire camarguais et à sa culture. Les chevaux, les taureaux, la langue provençale et les costumes sont particulièrement mis à l’honneur. Le folklore, très présent lors de ces fêtes, est un référent positif, extrêmement valorisé et lié à toutes les manifestations publiques.

Haut de page

Les manadiers-poètes de Camargue

Le Marquis de Baroncelli

Toute sa vie durant, le Marquis de Baroncelli mènera de nombreux combats pour les peuples opprimés. En 1935, il permettra l’officialisation de la participation des gitans au pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer. Par ailleurs, il suscitera la création ou la formalisation de symboles représentant l’identité de la Camargue : croix de Camargue, costume de gardian

 

Joseph d’Arbaud

Joseph d’Arbaud, particulièrement connu pour son oeuvre «la Bête du Vaccarès», est un poète apprécié, qui évoquait dans ses écrits une Camargue profonde et pure.

 

Carle Naudot

Carle Naudot (1880-1948), surnommé « Lou Camarguen », membre de la Société d’ethnographie française, du Félibrige et de la Nacioun Gardiano, a lui aussi défendu et vivifié les traditions camarguaises, par l’écriture et la photographie. Il a laissé deux ouvrages d’un grand intérêt ethnographique : « le seden » et « Camargue et gardians », ainsi que de nombreux clichés, dont des portraits, des paysages, des scènes de la vie quotidienne mais aussi des évènements tels que la construction du bac de Barcarin ou la disparition du phare de Faraman. Il est le premier véritable ethnographe de la Camargue, essentiellement gardiane, et est reconnu comme tel, garant, par son travail, de son authenticité.

 

Certains des ouvrages cités sont en vente à la boutique du Musée de la Camargue

Haut de page

Parc naturel régional de Camargue - Mas du Pont de Rousty - 13200 Arles - Tél. 04 90 97 10 82 - info@parc-camargue.fr

Site internet créé par ID-Alizés / Design BDD Communicationi